• QU'EST CE QUE LE CANCER COLORECTAL
  • STATISTIQUES ET FACTEURS DE RISQUES
  • SYMPTÔMES ET PRÉVENTION
  • MON CANCER COLORECTAL CONSEILLER
  • TRAITEMENT
  • QU’EST-CE QUE LE CANCER COLORECTAL - INTRODUCTION
  • L’ANATOMIE DU SYSTÈME GASTROINTESTINAL (GI)
  • GENETICS & COLORECTAL CANCER
  • LES STADES DU CANCER COLORECTAL
  • LE DIAGNOSTIQUE DU CANCER COLORECTAL

QU’EST-CE QUE LE CANCER COLORECTAL?

Le Côlon et le Rectum ensemble constituent le Colorectal. Le Cancer Colorectal est un cancer qui se forme dans les cellules qui forment soit le colon, soit le rectum.

Le Cancer Colorectal part généralement de polypes, une croissance qui provient de la muqueuse du côlon ou du rectum.

Les polypes sont des entités bénignes qui peuvent se développer entre 3 et 5 ans, et se transformer en cancers les 2 à 3 année qui suivent.

Afin de comprendre le cancer du côlon et rectum, connu sous le nom du Cancer Colorectal, il est important d’explorer les parties du corps qui sont touchées par la maladie, ainsi que son fonctionnement. Le côlon est un long tube musculaire d’une longueur de 6 pieds/1,5m connectant le petit intestin au rectum. Le côlon et le rectum forment le gros intestin, un organe hautement spécialisé et responsable du traitement des déchets digestifs, facilitant l’élimination par les intestins. Le côlon retire l’eau des selles (déchets digestifs) et stocke les selles solides. Une à deux fois par jour, il déverse son contenu dans le rectum pour commencer le processus d’élimination. Le rectum est un organe de stockage de 6-8 pouces qui relie le côlon à l’anus. Le rectum a pour fonction de recevoir les selles du côlon, et vous faire savoir que les selles sont prêtes à être évacuées, vous permettant de tenir les selles jusqu’à ce que vous soyez prêt à les évacuer.

L’ANATOMIE DE BASE DU SYSTÈME GASTROINTESTINAL (GI)

Le gros intestin est communément appelé le colorectal, ou juste le côlon.

La fonction principale du côlon est de réabsorber de grandes quantités d’eau et de nutriments provenant d’aliments non digérés. Si trop d’eau est réabsorbée, la constipation peut en être une conséquence. Au contraire, si trop peu d’eau est absorbée, cela peut entraîner de la diarrhée.
products. If too much water is reabsorbed, constipation may result. Not absorbing enough water may
result in diarrhea.

La fonction principale du rectum est de stocker les matières fécales ou les déchets, avant de les expulser du corps.

LA GÉNÉTIQUE DU CANCER COLORECTAL

Les cancers colorectaux ne sont pas tous héréditaires, mais tous les cancers colorectaux sont causés par des mutations génétiques.

Environ 70 à 75 % des cancers colorectaux sont sporadiques : il s’agit de cancers qui surviennent chez des personnes sans antécédents familiaux de ce cancer, ou dont le matériel génétique (ADN) a subi un changement héréditaire qui augmenterait leur risque de développer ce cancer.

Tous les cancers sont le résultat de mutations géniques. La grande majorité sont des occurrences sporadiques avec seulement quelques-uns causés par des syndromes génétiques héréditaires. Les conditions génétiques impliquent une interaction largement imprévisible de nombreux facteurs et processus. Le simple fait de détenir une mutation génétique pour quelque chose ne signifie pas nécessairement qu’elle s’exprimera au cours de votre vie, mais le fait de connaître votre risque peut vous sauver la vie. Veuillez lire la suite pour en savoir plus sur la génétique du cancer colorectal.

LES STADES DU CANCER COLORECTAL

SYSTÈME STAGE TNM

Quelques faits utiles..

1. La stadification de votre cancer colorectal vous aidera à déterminer le type de traitement que vous allez recevoir pour votre cancer colorectal.

2. Le stade de votre cancer est souvent simplifié comme stade bas ou stade haut, et peut affecter votre traitement.

3. Le cancer colorectal peut se propager par les ganglions lymphatiques, le foie et les poumons étant les organes distants les plus prédominant du corps humain.

4. La taille de votre tumeur colorectale ne détermine pas les résultats et conséquences de la maladie.

Si une personne a reçu un diagnostic de cancer colorectal, l’une des premières choses qu’elle doit connaître est le stade de son cancer. Le stade du cancer fait référence à l’étendue de sa propagation et son amplitude. Le stade du cancer du côlon ou du rectum est important car il déterminera la meilleure approche thérapeutique dans la prise en charge de la maladie. 

L’outil utilisé pour décrire le stade de la maladie d’un patient est le système de stadification TNM. Les médecins utilisent les résultats des tests diagnostiques et des analyses pour répondre aux questions suivantes :

  1. Tumeur (T) : La tumeur a-t-elle grandi dans la paroi du colon ou du rectum ? Si oui, combien de couches de la paroi colorectale sont touchées ?
  2. Ganglion (N) : La tumeur s’est-elle propagée aux ganglions lymphatiques ? Si oui, quels et combien de ganglions lymphatiques sont impliqués ?
  3. Métastases (M) : Le cancer s’est-il propagé à des organes éloignés? Si oui, où et combien d’organes sont touchés?

LE DIAGNOSTIQUE DU CANCER COLORECTAL

Un test de dépistage ne permettra PAS de diagnostiquer définitivement le cancer colorectal. Une BIOPSIE confirmera la présence du cancer.

2.Au cours d’une biopsie, le médecin extrait un petit morceau de tissu d’un polype ou d’une tumeur pour en conclure un diagnostic formel.

Les dépistages de type RSOS et FIT, sont destinés aux Canadiens à risque moyen – une personne qui n’a pas de symptômes du cancer colorectal ni de parent de premier degré ayant reçu un diagnostic positif de cancer colorectal. Il est généralement recommandé pour les personnes âgées de 50 ans et plus de se faire dépister, mais le test ne peut diagnostiquer et confirmer officiellement le cancer colorectal. Un test diagnostique (plutôt qu’un dépistage) est alors recommandé: une coloscopie, une biopsie et des tests d’imagerie pour confirmer le diagnostic du cancer colorectal et définir l’étendue de la maladie.

Alors que certaines personnes entament ce chemin pour des raison d’examens de routine recommandés (dépistage), d’autres le font en raison de symptômes troublants, un examen physique anormal, ou une nouvelle constatation sur un test de laboratoire, type anémie/carence en fer. Les tests, procédures et examens suivants sont utilisés par les experts médicaux pour aider à diagnostiquer le cancer colorectal. Si vous avez des questions ou des préoccupations concernant ces informations, n’hésitez pas à communiquer avec le CCRAN à info@ccran.org. Nous serons heureux de vous aider. info@ccran.org. We will be pleased to assist you. 

  • LES STATISTIQUES DU CANCER COLORECTAL
  • LES FACTEURS DE RISQUES DU CANCER COLORECTAL

LES STATISTIQUES DU CANCER COLORECTAL

  Le CCRAN a publié le résumé suivant à partir de statistiques canadiennes sur le cancer datant 2020 et publiées par: la Société Canadienne du Cancer, Statistiques Canada, l’Agence de Santé Publique du Canada et les Registres Provinciaux et Territoriaux sur le Cancer. 

Ce résumé présente des informations pertinentes sur le cancer colorectal, mais si vous souhaitez consulter la publication concernant toutes les statistiques, vous pouvez la trouver ici.

LES FACTEURS DE RISQUES DU CANCER COLORECTAL

Quelques faits utiles : 

-Le fait d’être physiquement inactif est un facteur de risque de cancer colorectal. Une simple promenade dans les alentours peut vous aider à augmenter votre niveau d’activité.

-Une consommation élevée de fruits, de légumes et de fibres peut réduire le risque de cancer colorectal. Ajoutez des légumes et des fruits colorés à votre alimentation pour aider à prévenir la maladie. Il n’est jamais trop tard pour commencer!

Nous ne savons pas exactement les facteurs qui provoquent le cancer colorectal chez certaines personnes et non chez d’autres. Cependant, les mêmes facteurs de risque ont été identifiés au fil des années. Un facteur de risque étant des conditions pouvant augmenter les chances d’une personne de développer une maladie ou une condition de santé.

Les facteurs de risque de cancer colorectal peuvent être divisés en deux groupes principaux : ceux que vous ne pouvez pas changer et ceux qui sont liés au mode de vie et, par conséquent, pouvant être modifiés par vous. Veuillez lire la suite pour en savoir plus sur les facteurs de risque du cancer colorectal.

  • LES SYMPTÔMES DU CANCER COLORECTAL
  • LA PRÉVENTION DU CANCER COLORECTAL
  • LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL AU CANADA

LES SYMPTÔMES DU CANCER COLORECTAL

1. Le côté droit du côlon est plus large que le côté gauche. Par conséquent, les cancers qui proviennent du côté gauche du côlon sont plus susceptibles de causer des obstructions intestinales partielles ou complètes. Cela peut causer des symptômes de constipation, des selles rétrécies, de la diarrhée, des douleurs abdominales, des crampes et des ballonnements; et peut donc être détecté plus tôt que les cancers qui proviennent du côté droit du côlon.

2. Lorsque le cancer colorectal en est aux premiers stades, il est généralement silencieux ou asymptomatique. C’est pourquoi le dépistage est si important. Il permet de détecter des cancers silencieux et faciles à extraire.

LA PRÉVENTION DU CANCER COLORECTAL

RÉDUIRE VOTRE RISQUE DE CANCER COLORECTAL

1. Éviter les facteurs de risque et augmenter les facteurs de protection peut aider à prévenir jusqu’à 50 % des cancers, y compris le cancer colorectal. colorectal cancer.

2. Se nourrir principalement d’aliments d’origine végétale joue un rôle important dans la prévention du cancer et contribue à une vie plus saine en général.

3. Manger au moins 3 portions de grains entiers par jour réduit le risque de cancer colorectal. 1 portion de grains entiers équivaut à 1/2 tasse de riz brun cuit, 1/2 tasse de gruau cuit, 1/2 tasse de pâtes à grains entiers cuites ou 1 tranche régulière de pain à grains entiers.

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL AU CANADA

1.Des tests de selles réguliers, comme le FIT, réduisent le risque de décès d’un cancer colorectal.

2. Neuf personnes sur dix peuvent être guéries si le cancer du côlon est détecté tôt par le dépistage!

Le cancer colorectal est l’un des cancers les plus fréquemment diagnostiqués au Canada. Il s’agit de la deuxième cause de décès par cancer chez les hommes canadiens et de la troisième cause de décès par cancer chez les femmes Canadiennes. C’est toutefois le CANCER LE PLUS ÉVITABLE PAR LE DÉPISTAGE!

MON CANCER COLORECTAL CONSEILLER

Mon Conseiller en Cancer Colorectal est un outils en ligne du CCRAN qui offre aux patients des informations avancées sur les options de traitement potentielles au sujet desquels ils peuvent discuter avec leur Oncologue traitant. Les patients sont accompagnés au travers d’une série de questions qui requièrent leur rapport de pathologie. A l’issue de la consultation, les patients reçoivent un rapport personnalisé qui mets en avant les potentielles options de traitement qui sont appropriés, en fonction de leur diagnostic individuel.

Aider les patients à mettre en place des discussions constructives avec leur oncologue en leur fournissant des informations approuvées et vérifiées sur les options potentielles de traitements qui leurs sont offertes. Également encourager les patients à rester informés et prendre des décisions conjointes avec leur oncologue traitant

  • LE TRAITEMENT DU CANCER COLORECTAL
  • QUELS SONT LES BIOMARQUEURS?
  • L’AIDE AUX EFFETS SECONDAIRES DU TRAITEMENT
  • QUE SONT LES ESSAIS CLINIQUES?
  • TROUVER UN ESSAI CLINIQUE
  • LA MISE À JOUR DE TRAITEMENTS
  • LA MÉDECINE NATUROPATHIQUE
  • LA STOMIE

LE TRAITEMENT DU CANCER COLORECTAL

Le diagnostic d’un cancer colorectal est une annonce déstabilisante et émotionnellement poignante. La charge de prendre les bonnes décisions et agir rapidement pour trouver le traitement adapté est intense.

Ce guide a été élaboré pour vous aider à traverser cette situation immédiate et tout au long de votre cheminement vers le cancer. Aux vues de cette situation délicate, vous avez besoin d’informations pratiques et utiles sur les options thérapeutiques afin de poser les bonnes questions à votre médecin et de partager dans les décisions sur votre traitement.

Chaque personne est différente et une approche personnalisée du traitement tiendra compte des facteurs liés à votre tumeur, à votre corps et à vos préférences. Les progrès de la recherche au cours des dernières années ont fait en sorte qu’il existe plus d’options de traitement que jamais pour répondre aux besoins de chaque patient.

Le Colorectal Cancer Resource & Action Network (CCRAN) a préparé des descriptions des traitements selon chaque stade de la maladie : chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie et médicaments anticancéreux ciblés.

Would you like to learn more about how Immunotherapies treat cancer? Please click on the following link to access information on  Immuno-Oncology:   Home – Immuno-Oncology (redefining-cancer-treatment.ca)

BIOMARQUEURS 

LE FUTUR EST EN MARCHE.

Connaître votre profil biomarqueur peut vous aider, vous et votre équipe soignante, à mieux comprendre les caractéristiques de votre tumeur et à personnaliser votre plan de traitement.

Au cours des dernières année, un développement scientifique passionnant a été l’identification des molécules de biomarqueurs trouvées dans votre tumeur ou d’autres tissus qui peuvent révéler si un processus dans votre corps est normal ou pathogène (causant la maladie). Si vous avez reçu un diagnostic de cancer colorectal de stade IV, il est essentiel de connaître le profil biomarqueur de votre tumeur afin que votre équipe de soins puisse élaborer un plan de traitement personnalisé pour vous.

L’AIDE AUX EFFETS SECONDAIRES DU TRAITEMENT

1. De vastes améliorations sont apportées à la gestion des effets secondaires associés aux thérapies contre le cancer colorectal!
2. Un nombre croissant d’effets secondaires induits par le traitement du cancer colorectal peuvent maintenant être évités par l’utilisation de nouveaux médicaments ciblés!

Le traitement de votre cancer colorectal – qu’il s’agisse d’une chirurgie, d’une radiothérapie, d’une chimiothérapie ou de médicaments ciblés (ou d’une combinaison de ces médicaments) peut entraîner des effets secondaires.

Bien que certains effets secondaires soient désagréables, c’est souvent parce que le traitement travaille à détruire les cellules cancéreuses colorectales et, dans le processus, certains tissus sains sont également touchés.

De nombreux effets secondaires sont attendus, gérables et ne posent aucun danger pour vous. La plupart des effets secondaires sont temporaires et, une fois le traitement terminé, disparaissent. Au fil de la guérison de votre corps vis à vis du traitement anticancéreux, des cellules saines commencent à se régénérer.

Des remèdes sont disponibles pour bon nombre de ces effets secondaires induits par le traitement. Cette section du site Web du Colorectal Cancer Resource & Action Network (CCRAN) comprend une liste complète de ces effets secondaires et ce que vous pouvez faire pour les soulager.

INTÉRESSÉ PAR LES ESSAIS CLINIQUES?

LE SAVIEZ-VOUS? LES ESSAIS CLINIQUES :

QUE SONT LES ESSAIS CLINIQUES?

 Les essais cliniques sont des études qui testent et étudient de nombreux types d’interventions, notamment des médicaments, des dispositifs, des thérapies génétiques, des produits de santé naturels, des psychothérapies et des interventions axées sur le mode de vie et les soins préventifs.

Understanding A New Treatment for A Clinical Trial

Conducting clinical trials for potential new treatments allow doctors and researchers to get a better understanding of how those treatments will perform on patients. Please click here to learn more about understanding a treatment for a clinical tria

Why Are Clinical Trials Done

Clinical trials are done for numerous reasons that benefit the patient as well as medical research. Please click here to learn more about why clinical trials are done.

Types of Clinical Trials

There are clinical trials used to screen, prevent, and treat a specific disease. Please click here to learn more about these types of clinical trials.

Phases of Clinical Trials

Clinical trials are done in phases to monitor the safety and effectiveness of the treatment. Please click here to learn out more about the phases of clinical trials.

Patient Safety

Patient safety is key when performing clinical trials and must be enforced. Please click here to learn more about clinical trials.

Informed Consent

The informed consent process is comprehensive and helps you to understand everything you need to know about the clinical trial. Please click here to learn more about informed consent.

Does Health Insurance Cover Out of Country Clinical Trials

Looking for clinical trials outside of Canada is a great option but it is important to double check your health insurance coverage to determine what extent the provider will cover. Please click here to learn more about health insurance coverage outside of Canada.

Finding the Right Clinical Trials (Canada)

Research is key when it comes to finding the right clinical trial. Please click here to learn more about finding clinical trials in Canada.

Finding the Right Clinical Trials (Internationally)

Taking part in a clinical trial outside of Canada is a big step and is important patients know what to look for. Please click here to learn more about finding clinical trials internationally.

TROUVER UN ESSAI CLINIQUE

En savoir plus sur les essais cliniques.

LES ESSAIS CLINIQUES D’AUJOURD’HUI… POURRAIENT ÊTRE LES TRAITEMENTS DE POINTE DE DEMAIN

Avez-vous besoin d’aide pour comprendre le domaine des essais cliniques? Appelez-nous, nous sommes impatients de vous aider! Numéro sans frais : 1 833-79 – ADRC (22726)

LA MISE À JOUR DE TRAITEMENTS

Le CCRAN pense qu’il est important de fournir aux patients et aux soignants de l’information factuelle sur la maladie. C’est pourquoi nous effectuons chaque mois des examens exhaustifs et systématiques des documents, afin de produire des mises à jour sur les traitements et la recherche clinique. Voici les mises à jour mensuelles organisées selon la modalité de traitement et la discipline:
• Médicaments et thérapies systémiques
• Thérapies chirurgicales
• Radiothérapie
• Oncologie psychosociale
• Dépistage
• Autres
• Nutrition/mode de vie sain
• Mises à jour sur la COVID-19
Veuillez cliquer sur une date donnée ci-dessous pour voir le document qui contient les mises à jour pour ce mois.

Si vous avez des questions ou des préoccupations concernant le contenu d’une mise à jour particulière, n’hésitez pas à communiquer avec nous à info@ccran.org. Nous sommes impatients de vous aider!ENSEMBLE TOUT EST POSSIBLE

LA MÉDECINE NATUROPATHIQUE

La médecine naturopathique est unique dans la façon dont elle traite les causes de la maladie. Le corps est considéré comme un écosystème composé de divers organes qui dépendent les uns des autres pour leur survie (tout comme les animaux et les plantes dépendent les uns des autres dans l’environnement). Lorsqu’il y a des déséquilibres dans notre environnement interne, nous commençons à voir des maladies. Restaurer un environnement intérieur sain pour maintenir un état de santé est le but du médecin naturopathe.

Les docteurs en naturopathie sont des professionnels de la santé réglementés en Colombie-Britannique, en Saskatchewan, au Manitoba, en Alberta et en Ontario :
• 3 ans d’études de premier cycle en médecine
• 4 ans d’études en naturopathie
• Exigences relatives aux examens de permis internationaux et locaux

Parmi les différents outils pour traiter les causes de la maladie:
• Nutrition clinique
• Médecine botanique
• Médecine chinoise et acupuncture
• Manipulation naturopathique
• Conseils sur le mode de vie
• Hydrothérapie
• Thérapie par perfusion (intraveineuse)

Naturopathie et cancer colorectal.

La médecine naturopathique est un élément important des soins du cancer colorectal. Au cours des deux dernières décennies, la recherche a montré comment les thérapies intégratives peuvent améliorer les résultats du traitement des patients atteints de cancer. La médecine naturopathique offre des thérapies qui soutiennent la personne tout au long de son cheminement vers le cancer. Voici certains des avantages potentiels :

1. Réduction du risque de développer un cancer colorectal
2. Soutenir la tolérance et la réponse au traitement chez les patients qui suivent un traitement conventionnel contre le cancer, y compris la chimiothérapie, la radiothérapie et/ou la chirurgie
3. Promouvoir le retour du patient à une santé optimale et prévenir la récidive une fois le cancer traité avec succès

Les soins naturopathique de guérison du cancer ont connu une croissance et une évolution considérables au cours des deux dernières décennies. Le Dr Eric Marsden ND, auteur principal d’une publication décrivant les principes des directives des soins naturopathiques, a été publiée dans Current Oncology en février 2019.

INFORMATION SUR LA STOMIE

La Société Canadienne des Personnes Stomisées est un organisme bénévole sans but lucratif Canadien qui se consacre à toutes les personnes ayant une stomie ainsi qu’à leurs familles, en les aidant à vivre pleinement grâce au soutien, à l’éducation, à la collaboration et à la défense des droits.

La Société Canadienne des Personnes Stomisées a mis à disposition le contenu de leur soutien et services, accessible directement via leur site web.

Veuillez cliquer sur le lien suivant pour visiter l’intégralité des services de soutien et d’éducation au Canada : https://www.ostomycanada.ca/

LE DÉPISTER! LE TRAITER! LE COMBATTRE!

ENSEMBLE, TOUT EST POSSIBLE

fr_CAFrench