L’histoire d’Armina

Lorsque je suis allé voir un obstétricien pour vérifier ce que je pensais être des douleurs typiques liées à la grossesse, c’était le dernier mot que je m’attendais à entendre : "carcinome". "Voulez-vous dire le cancer?" J’ai répondu, comme l’anxiété a commencé à construire dans ma poitrine et mes yeux se sont remplis de larmes. Je savais très bien ce que ce mot signifiait.

Ce moment, en décembre 2014, alors que j’étais enceinte de six mois, a déclenché un tourbillon de tests et de visites frénétiques à l’hôpital. Et à la fin, les pires craintes de mes médecins, de ma famille et de mes amis ont été confirmées : j’avais un cancer colorectal avancé. 2015 a été une année incroyablement ardue, une année qui, en tant que nouvelle mère, aurait dû être la période la plus incroyable de ma vie

En Janvier 2015, j’étais prévue pour une césarienne à la 32e semaine de grossesse pour donner naissance à notre toute petite Olivia. Dès que possible, en Mars suivant, j’ai démarré la radiation, puis s’en est suivie ma chirurgie en Juillet, et la chimiothérapie en Décembre. J’ai survécue cette épreuve, quelque part grâce à mon mari Dave qui fût incroyable, dédié et plein de ressources, ainsi que mes parents, ma belle-mère, et le soutien de mes proches qui étaient au courant de mon combat. Les médecins et infirmières à l’hôpital de Sunnybrook et le Colorectal Cancer Canada, entre autres m’ont aussi appuyé. Et évidemment, Olivia, qui m’a littéralement sauvé.  

Si ce n’était pas pour son petit corps grandissant dans mon ventre, poussant lentement contre une masse croissante que je n’aurais peut-être jamais découvert, je ne serais peut-être pas ici en ce moment. Ses rires délicieux, ses mains minuscules saisissant mes joues, ses baisers bâclés et la joie générale qu’elle apporte était une lumière vive bien nécessaire dans un endroit sombre.

Maintenant, je suis heureuse de dire que je libérée du cancer et que ma fille est en bonne santé et heureuse. J’ai été profondément secrète au sujet de cette expérience traumatisante, mais je partage mon histoire maintenant dans l’espoir que quelque bon peut sortir de tout cela. Pour sensibiliser d’autres jeunes, qui, comme moi, pensaient que le cancer du côlon était une maladie des personnes âgées. 

En réalité, le cancer du côlon est diagnostiqué chez les jeunes à un taux croissant. Malheureusement, que ce soit arrivé à quelqu’un comme moi n’est pas une anomalie. Et depuis que j’ai terminé mon traitement, j’ai appris que trop d’autres personnes que je connais ou qui sont liées à mes proches ont aussi été diagnostiquées. 

J’espère que mon histoire aidera à faire passer le message à ceux qui ne se rendent pas compte qu’ils sont en danger. 

Olivia m’a sauvé — j’espère pouvoir faire la même chose pour quelqu’un d’autre.

Armina Ligaya

YOUNG ADULT STAGE III RECTAL CANCER SURVIVOR

Charitable Registration Number 776821936RR0001

fr_CAFrench